Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le noir émoi ...

Passionnée de littérature noire, retrouvez les chroniques des livres que j'ai aimés un peu, passionnément voire à la folie. Bienvenue au coeur de mes noirs émois ...

DES NOEUDS D'ACIER de Sandrine Collette

Publié le 24 Février 2013 par Carine Boulay

Je vais vous expliquer cette histoire sans queue ni tête, aberrante, anachronique. Laissez-moi vous parler de Basile et de Joshua, et de ce que j’ai vécu depuis le mois de mai dernier.

DES NOEUDS D'ACIER de Sandrine Collette

Je m’appelle Théo Béranger et j’ai quarante ans. Je suis enfermé dans la cave de deux vieux fous, dans le trou du cul du monde. Ces malades veulent faire de moi leur esclave. Privé d’eau et de nourriture, des jours et des semaines ont passé, épuisants de travail et d’insultes.

Quelques jours auparavant, je sortais de prison. Je viens de passer dix-neuf mois au trou pour avoir massacré mon frère qui a couché avec ma femme. Ce type arrogant, ce chirurgien talentueux promis à un bel avenir, est maintenant cloué dans un fauteuil. Je ne regrette pas ce qu’il est arrivé, je n’ai aucun remord.

La prison n’est pas la vie ordinaire. J’ai passé dix-neuf mois au seuil de la violence, au bord du gouffre. Certains ressortent écrasés par la prison, d’autres endurcis. Je suis de ceux-ci. Aujourd’hui, je me trouve dans une situation tellement démente, que je n’y crois pas. J’ai résisté à la prison, je me jure d’échapper à mes geôliers.

L’histoire de Théo, ce sont des hommes qui l’ont commise, comme on commet un meurtre, oui comme cela. C’est aussi la vérité que j’ai voulu rétablir. Je m’y suis sentie obligée. À l’échelle de l’humanité c’est peu de chose. Je le sais. Mais je me fous de l’échelle de l’humanité.

Ce type violent, "elle" n’a vraiment pas envie de le sauver. C’était sans compter que c’est "elle", qui a recueilli le corps entre ses mains, après. Encore "elle", qui lors de sa convalescence à l’hôpital a hérité de son journal intime. Alors, afin d’apporter un témoignage et parce qu’elle en ressent le devoir, "elle" retranscrit la lente descente aux enfers de Théo. C’est à travers "ce docteur" dont on ignore tout, que l’auteure nous ouvre les portes de ce qui a été « L’affaire Théo Béranger ». Un huis clos absolument abasourdissant, dont on ressort totalement vidé.

Tout commence alors que Théo décide de se retirer dans une région déserte. Un coin isolé où les arbres, les vallons et les chemins de randonnée composent l’intégralité du paysage. Logé chez la prévenante et aimable Madame Mignon, il découvre avec allégresse la région grâce aux randonnées qui lui permettent d’expier ses idées noires. Au cours d’une de ses balades, il découvre un passage improbable donnant sur une maison a priori abandonnée. Il est accueilli par un vieil homme armé d’un fusil, qui une fois rassuré sur les intentions de Théo l’invite à prendre un café. Trou noir. À son réveil, il est enchaîné. Jour après jour, il va faire les frais de la folie et des sévices de deux vieux cinglés, Basile et Joshua.

Sandrine Collette a rédigé son livre à la première personne du singulier. J’ai un faible pour cette technique littéraire qui crée un contact considérable avec le lecteur, je dirai presque même une intimité. Théo va ainsi nous livrer ses émotions et ses sentiments quant à sa séquestration, et pour le coup, c’est d’une effroyable intensité. Il pensait avoir vécu le pire, mais il se rend compte que ses dix-neuf mois de prison ont été de la rigolade. Une histoire démesurée qui le plonge en premier lieu dans l’incrédulité. Puis c’est la panique qui le submerge, pour finalement laisser place à une totale résignation. C’est humilié et impuissant qu’il se prend de plein fouet le mépris de ces deux frères qui l’appellent « le chien », le sifflent et lui balancent des restes de nourriture qu’ils ont déjà léchés sans vergogne. Face à ces deux tyrans, toute trace d’humanité a disparu. Sa seule hantise, c’est de survivre.

Je ne suis plus qu’un reste d’humanité. Une entité qui ne pense qu’à manger, boire et dormir, à éviter les coups, et à se relever le lendemain. Les vieux avaient raison. Je ne vaux pas beaucoup plus qu’un chien. Je ne suis même pas affectueux. Je suis de la race de ces bêtes galeuses qu’on attache au bout d’une chaîne et que personne ne veut plus caresser. Ce que je suis devenu, c’est aux vieux que je le dois. Toute ma souffrance et toute ma déchéance, ce sont eux qui les ont faites. J’espère de toutes mes forces qu’il existe quelque chose au-delà qui pourra me venger. Au nom de la haine qui me sera restée jusqu’au bout, même sans force, et sans volonté. Un peu de justice.

DES NŒUDS D’ACIER est le premier livre de Sandrine Collette. Et quel ouvrage ! Waouh … C’est littéralement fascinée et à une cadence infernale que je l’ai englouti. Difficile de le poser, l’envie irrépressible d’avancer encore et toujours pour être libérée, enfin presque …

L’auteure a l’art et la manière de nous planter le décor ainsi que les personnages, je dirais d’elle que c’est une « créatrice d’ambiance ». C’est avec finesse et sans garniture inutile, que Sandrine Collette nous livre un récit d’une crédibilité terrifiante, dans une atmosphère des plus sombres.

Un résultat puissant pour une lecture émotionnellement forte qui fait DES NŒUDS D’ACIER mon premier coup de cœur de l’année.

DES NOEUDS D'ACIER de Sandrine Collette

DES NOEUDS D'ACIER

Sandrine Collette

Editions DENOËL - Collection Sueurs Froides

265 pages

Sandrine Collette est née en 1970. Elle partage sa vie entre l’université de Nanterre et son élevage de chevaux dans le Morvan. DES NŒUDS D’ACIER est son premier roman.

Commenter cet article

laurence 04/05/2014 11:27

toujours un pur plaisir que de lire tes chroniques. il fait parti de mes prochains achats.

Carine Boulay 13/05/2014 07:42

Merci beaucoup Laurence ... J'espère que cette lecture t'embarquera de la même manière que moi ! A bientôt ...

Marie 10/01/2014 18:14

Angoissant, haletant! !! ...Commencé hier soir, je n'ai ni mangé, ni bu, ni dormi avant d'arriver au bout de ce livre ! mais... arriverais je à dormir maintenant que je l'ai terminé ?
Pour un coup d'essai c'est vraiment un coup de maître ! Vite, madame Collette, une autre histoire !

Carine 12/01/2014 22:03

Dans le même était que toi Marie à la lecture de ce premier roman de l'auteure ! Je suis impatiente de me plonger dans son second roman qui arrive bientôt ! Février normalement ... Vite, vite, vite ! :D Merci beaucoup de ton passage sur Le noir émoi ...

céline 28/06/2013 21:33

Je l'avais déjà noté sur ma liste ;) Il me parait terrible a souhait ... ^^

Carine 29/06/2013 09:21

Il est terrible Céline ! Fais le glisser de ta liste à ta PAL ! ^_^

Vincent 03/04/2013 20:30

Quelle riche idée que tu as eu de me proposer ce livre. Ta chronique m'avait donné envie et je n'ai pas été déçu! Que de noirceur... Comment peut-on en arriver à tant de cruauté, d'indifférence à l'autre. C'est absolument époustouflant de maîtrise.Cette jolie jeune femme à qui l'on donnerait le bon dieu sans confession brasse des idées bien noires. J'espère qu'elles ne restent que dans sa tête et dans les livres, sinon danger!!!

Carine 03/04/2013 20:39

J'étais heureuse de t'avoir donné envie, maintenant je suis comblée que tu aies aimé !

gruz 23/03/2013 17:53

Un avis positif de plus sur ce livre. Je vais aller acheter ce bouquin directement chez l'auteur lors de "quais du polar 2013"

Carine 23/03/2013 18:04

Mon premier coup de coeur de l'année 2013 ... Je suis fan des huis clos ... Je t'en souhaite une bonne lecture ! Je le prends sous le bras pour me le faire dédicacer au salon Quais du polar ... :D

Hélène 13/03/2013 13:25

Ça y est, il est dans ma PAL.....

Carine 13/03/2013 17:29

Super ! Je t'en souhaite une bonne lecture ... si elle est émotionnellement aussi forte que pour moi tu vas passer un sacré moment ! Tu reviendras m'en parler ... ;-)

Foumette 03/03/2013 10:55

WAouhhhh....quel superbe article!!!! Tout est dit, rien à ajouter...juste te dire que une fois de plus je copite sur ton ressenti!!!! Un vrai choc... J'ai vraiment adoré en tout cas!!!

Carine 03/03/2013 21:49

Merci ma copiteuse ! Un choc comme tu dis ...

Pierre FAVEROLLE 25/02/2013 10:33

Nous nous rejoignons dans ce coup de coeur, tant ce roman est prenant et d'une simplicité qui force le respect. Et quand on se dit que c'est un premier roman, cela laisse augurer d'une carrière à suivre. Amitiés

Carine 25/02/2013 10:43

Oui, nous nous rejoignons complètement Pierre ! Tout comme toi j'avais la tension jusque dans les mains ! Certaines lectures passent et d'autres restent, celle-là en fera partie ! Merci pour ton petit mot Pierre ... Amitiés.

Isa 25/02/2013 10:27

Je le veux je le veux je le veux !!!

Carine 25/02/2013 10:40

Aucune hésitation Isa !!!!!!! Tu l'auras ... ^_^

Christine 25/02/2013 10:05

Excellent premier roman. Je me suis sentie complètement fracassée après sa lecture. Je n'ai rien pu lire de nouveau pendant 3 jours, juste des livres réconfortants et enfantins.
Attention vous allez rester en apnée pendant le temps de la lecture ......

Carine 25/02/2013 10:07

Exellent comme tu le dis Christine ! L'auteure va avoir une pression d'enfer pour son second roman ... ^_^

famechon sandrine 25/02/2013 09:22

un huit clos bien noir ...... une chronique très bien détaillée ........ un livre que je note... Encore un ;)

Carine 25/02/2013 09:26

Encore un ... celui-là faut vraiment le détour !

Vincent 25/02/2013 08:24

Eh bien Carine, voila une chronique qui décoiffe... Et qui me donne envie de découvrir cette auteure et son univers apparemment très noir. Tout ce que j'aime! Encore un titre de plus sur ma liste de souhaits, qui s'allonge, qui s'allonge...

Carine 25/02/2013 08:28

Un univers effectivement très noir ...qu'il te faut découvrir rapidement !