Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le noir émoi ...

Passionnée de littérature noire, retrouvez les chroniques des livres que j'ai aimés un peu, passionnément voire à la folie. Bienvenue au coeur de mes noirs émois ...

L'ENFANT AUX YEUX D'ÉMERAUDE de Jacques Saussey

Publié le 31 Mars 2014 par Carine Boulay

L'ENFANT AUX YEUX D'ÉMERAUDE de Jacques Saussey

L’idée de ce roman m’est tombée d’un seul coup, un jour que je déjeunais avec des amis dans la salle d’un restaurant d’Antraigues. J’ai laissé mon plat refroidir et mes amis se gratter le crâne en attendant de savoir quelle mouche venait de me piquer, et je suis sorti comme un diable du restaurant. J’ai tourné de longues minutes autour de la fontaine de la place centrale d’Antraigues, le temps de raconter au mémo vocal de mon téléphone ce qui venait de me secouer comme ça. Pas facile, avec le recul, de me remémorer exactement ce qui s’est passé à ce moment-là. Mais l’idée brillait en moi comme une gemme, et j’avais le cœur qui battait d’excitation.

Jacques Saussey

En 2013, Jacques Saussey m’embarquait dans un passionnant thriller aux accents québécois avec QUATRE RACINES BLANCHES. Aujourd’hui, c’est avec L’ENFANT AUX YEUX D’ÉMERAUDE son cinquième roman que je poursuis ma découverte de l’auteur.

L'ENFANT AUX YEUX D'ÉMERAUDE de Jacques Saussey

David Courty mène une existence effacée auprès de sa femme Mira, ex-prostituée à qui il a donné la nationalité française en l’épousant, et de sa fille Caroline, adolescente rebelle aux tendances gothiques.

Représentant en assurances-vie, il vient de se faire licencier de la mutuelle dans laquelle il travaillait depuis de longues années.

Après un esclandre au bureau suite à l’annonce de son licenciement, David s’enfuit abandonnant derrière lui le cadavre de Mira.

Caroline quant à elle s’est volatilisée, laissant pour seul indice quelques traces de sang dans sa chambre …

« Lorsque la pression extérieure devient vraiment trop forte pour lui, le cerveau d’un homme fragile peut imploser à tout moment … »

Comment un petit employé timide se transforme soudain en criminel assoiffé de violence ? Daniel Magne et Lisa Heslin sont confrontés à un tueur en série aussi impitoyable qu’imprévisible en la personne de Daniel Courty. Mais cet homme-là est un fantôme sorti de terre à l’âge de 6 ans. Pas de parents, pas de famille, pas d’école et aucune relation en dehors des gens qu’il côtoyait à son boulot. Impossible de trouver quoi que ce soit sur lui avant. Rien, le néant. Un vrai cinglé au comportement anarchique dont il faudra tenter de comprendre le pourquoi de sa folie meurtrière.

… Il ouvrit la lame de son couteau d’un seul coup de pouce. C’est une sensation agréable, quand on commence à en avoir l’habitude, une certitude qui flamboie brusquement au centre du cerveau, comme un éclair aveuglant dans un ciel de suie. C’est le déclic dans la main, le bruit sec de la lame qui se cale contre le ressort, qui affirme de quel côté la puissance est établie. Mais c’est le regard apeuré, désespéré, de sa victime, qui confirme que le pouvoir est total, que rien ne peut plus empêcher la fatalité de s’accomplir …

P. 39

L’ENFANT AUX YEUX D’ÉMERAUDE, est l’occasion de retrouver le tandem Daniel Magne et Lisa Heslin, pour leur quatrième enquête. Hormis les retrouvailles avec ce duo d’enquêteurs, Jacques Saussey nous livre ici un roman totalement différent de QUATRE RACINES BLANCHES, tant sur le fond que sur la forme.

Culotté, il nous propose un récit audacieux dans lequel il mélange les modes et les temps de narration. Surprise tout d’abord par ces choix, c’est un peu inquiète que je tourne les pages. Et où je craignais la surenchère d’effets de style, c’est finalement le talent de Jacques Saussey qui éclate au travers de ce difficile exercice brillamment maîtrisé.

L’auteur prend rapidement possession de son lecteur et grâce à un suspense allant crescendo ne le délivre qu’à la toute dernière ligne, en ayant pris soin de le manipuler comme bon lui semble durant tout ce temps.

Sombre et oppressant ce roman nous transporte dans les méandres d’un lourd héritage où la raison peut basculer à tout moment …

Attention, thriller sous haute tension !

L'ENFANT AUX YEUX D'ÉMERAUDE de Jacques Saussey

L'ENFANT AUX YEUX D'ÉMERAUDE

Jacques Saussey

Éditions Les Nouveaux Auteurs

Thriller

231 pages

Site de l'auteur

Né en 1961, Jacques Saussey a commencé à écrire ses premières nouvelles à 27 ans. Ces pages ont fini par former un recueil d'une trentaine de textes, « Anicroches », qui a dormi de longues années dans un tiroir. Il a ensuite participé à quelques concours d'écriture, afin de voir si ce qu’il écrivait plaisait à des lecteurs hors du cercle familial. L'une de ces nouvelles, « Le Joyau du Pacifique », a été sa première, et pour l'instant unique, édition en bande dessinée en 2007. Les encouragements apportés par sa victoire aux Noires de Pau en 2002 avec « Quelques petites taches de sang », puis ensuite par celle au concours Alfred Jarry en 2007 avec « Alfred Jarry est mort », l'ont incité à persévérer et à aborder un thème qu’il considérait avec appréhension jusque-là : le thriller. Il a alors entrepris en 2008 la rédaction de son premier polar, « Colère Noire », dans lequel il a mis en place l'ensemble de ses personnages récurrents, un groupe de policiers rattachés à un commissariat imaginaire du Xème arrondissement de Paris. Le capitaine Daniel Magne est né, ainsi que plusieurs autres officiers et agents de police judiciaire, dont la jeune Lisa Heslin, fille d'un magistrat tragiquement disparut à l'aube d'une prise de fonctions ministérielle. Ayant pratiqué le tir à l'arc de compétition pendant dix ans, de 1985 à 1995, avec à la clef un titre national individuel en 95 et un par équipe en 92, il a cherché à utiliser dans ce premier roman son arme favorite, qu’il pratique toujours aujourd'hui. Il a donc bâti son intrigue autour de cette idée, et l'histoire emmène le lecteur de Paris à Sens, puis de l'Yonne à New York et jusqu'à Johannesburg, en Afrique du Sud. «Colère Noire» paraîtra le 3 janvier 2013. Son titre original était «La mante sauvage». Un deuxième thriller a suivi en 2009, « De Sinistre Mémoire », construit à partir de souvenirs d'enfance de famille durant les années 40 en Bretagne, et d'une nouvelle restée longtemps inachevée car trop longue à l'époque, à laquelle il manquait une assise historique. «De Sinistre Mémoire» a été édité le 2 septembre 2010 aux éditions des Nouveaux Auteurs. Il est sorti en version poche chez le même éditeur le 9 Juin 2011. Il a écrit son troisième thriller, « Quatre Racines Blanches », entre janvier et Juin 2010. Cette histoire se passe presque intégralement au Québec, à Montréal et ses environs immédiats. Il y a apporté quelques modifications à la suite des conseils avisés d'un sergent de la Sûreté du Québec, qui a bien voulu éclairer sa lanterne sur le fonctionnement des diverses forces de police au Canada. Ce polar enneigé a été édité le 12 avril 2012. Il a ensuite poursuivi par un quatrième roman, "Principes Mortels", écrit entre juin et septembre 2010. Il rompt avec les personnages des trois précédents. Il s'agit d'un drame familial français régional, écrit à la première personne. Une histoire sombre qu’il a voulu la plus intimiste possible, afin que le drame soit total. Les forces de police, ici, n’y sont représentées que comme personnages secondaires. Son cinquième polar est achevé depuis fin aout 2012, il s’agit de «L’enfant aux yeux d’émeraude», qui devrait voir le jour dans les rayons des librairies en 2014, si tout va bien. D’autres projets sont déjà dans les cartons, mais il les laisse mûrir tranquillement à l’abri de l’agitation de la sortie prochaine de «Colère Noire». Seule exception : une pièce de théâtre qui le chatouillait depuis un moment, et qu’il terminera d’ici le printemps prochain, si tout va bien. L'enfant aux yeux d'émeraude est son cinquième roman.

commentaires

PLAY de Franck Parisot

Publié le 8 Mars 2014 par Carine Boulay

Franck Parisot a 33 ans, un parcours et une vie sans histoires, ce qui explique sans doute que celles qu’il raconte soient si effrayantes.

Albin Michel

Découvrir de nouveaux auteurs, j’aime par-dessus tout. Alors, systématiquement avant d’entamer un premier roman je vais à la pêche aux informations histoire de dénicher une biographie par-ci, une interview par-là, voire une anecdote à propos de l’auteur ou de son bouquin. Dans le cas présent, impossible de dégoter quoi que ce soit sur Franck Parisot, à part cette citation en ouverture de chronique. Surprise puis troublée par tant de mystère, j’appuie finalement sur la touche lecture …

PLAY de Franck Parisot

Le corps d’un homme réduit en purée vient d’être retrouvé sur une patinoire. Auprès des restes, le tueur a laissé une clé USB sur laquelle figure en lettres de sang le nom du détective Bridge.

La clé révèle une vidéo dans laquelle le bourreau a filmé sa victime pendant qu’il la torturait. Le premier meurtre d’une longue série vient d’être perpétré sur l’île de Manhattan.

Le Cyclope a établi les règles du jeu, la partie vient de commencer.

Bridge et son équipe doivent au plus vite trouver la faille dans la mécanique bien huilée de ce meurtrier afin de mettre un terme à son jeu macabre.

Ils ne savent pas encore, qu’ils vont entrer à leur tour dans l’œil du cyclope …

"Sois proche de tes amis et encore plus proche de tes ennemis." P. 322

Un tueur laissant un message personnel sur une scène de crime, c’est une première pour Gabriel Bridge, détective au 6ème Precinct de Greenwich Village, l’un des nombreux commissariats de New York. Pourquoi le tueur s’adresse-t-il directement à lui ?

Toujours à l’affût, le cyclope est partout tout en restant invisible. Ce fou furieux tue de manière personnalisée avant de mettre les corps en scène. Méthodique et organisé, il suit une logique bien spécifique. Mais laquelle ?

Tel un chef d’orchestre, il compose une symphonie qui risque bien de les perdre tous, à moins que Bridge et son équipe n’arrivent à dissocier le pourquoi du comment …

Un monstre rôdait et avait commencé sa moisson d’âmes.

P.113

Franck Parisot a choisi d’expatrier son intrigue aux U.S.A. et c’est au cœur de Manhattan qu’il nous entraîne dans une traque complexe et captivante.

573 pages découpées en 68 chapitres, la plupart s’achevant par un cliffhanger (fin ouverte visant à créer un fort suspense) afin de tenir le lecteur en haleine et véhiculant ainsi un sentiment d’urgence.

L’auteur ne néglige pas pour autant les « à-côtés ». Description des lieux et personnages soignés procurent une dimension très réaliste à l’intrigue tout en y apportant de l'épaisseur.

Quelque peu perturbée au début de ma lecture, j’ai été rapidement happée par ce roman et mis temporairement de côté le mystère autour de Franck Parisot …

Avec PLAY, Franck Parisot réalise une œuvre palpitante et fait une belle entrée sur la scène du thriller français.

PLAY de Franck Parisot

PLAY

Franck Parisot

Thriller

Albin Michel

573 pages

commentaires