Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le noir émoi ...

Passionnée de littérature noire, retrouvez les chroniques des livres que j'ai aimés un peu, passionnément voire à la folie. Bienvenue au coeur de mes noirs émois ...

LE JEU DE L'ASSASSIN de Nils Barrellon

Publié le 25 Février 2014 par Carine Boulay

LE JEU DE L'ASSASSIN de Nils Barrellon

LE JEU DE L’ASSASSIN est le genre de roman qui n'a pas d'autre ambition que celle de faire passer deux ou trois heures agréables au lecteur. Du polar pour la plage, pour le métro, pour la salle d'attente ... Du roman de gare quoi, mais dans son sens le plus noble. Pas question de faire des approximations littéraires pour autant, ni de négliger le style. J'attache une importance toute particulière à la vraisemblance de mon histoire. Si elle est romanesque, elle n'est pas pour autant absurde ou impensable !

Nils Barrellon

LE JEU DE L'ASSASSIN de Nils Barrellon

Le cadavre d’une femme poignardée est retrouvé entre les rails du chemin de fer, au niveau de la gare du Nord. Ce n’est que la première victime d’une longue liste.

Chaque fois, les proies ont le même profil et l’assassin utilise le même mode opératoire. Le commissaire Kuhn de la brigade criminelle de Paris doit se rendre à l’évidence, il est confronté aux agissements d’un tueur en série.

Les meurtres particulièrement sauvages s’enchaînent et l’assassin court toujours. L’enquête stagne avant d’être relancée par le tueur lui-même sous la forme d’un jeu de piste infernal …

"Il tue sans pitié. Et Paris est devenu son terrain de jeu"

La goutte d’Or, l’un des quartiers les plus pauvres de Paris est malheureusement plus connu pour sa prostitution et son trafic de drogue. Ces derniers temps, il est également devenu le terrain de jeu d’un tueur en série. Rapidement le commissaire Kuhn établit un parallèle avec Jack l'éventreur, mais l’enquête piétine faute d’indices. Jusqu’à ce que celui que la presse a baptisé « L’éventreur de La goutte d’Or » fasse en sorte que l’on retrouve sa trace …

Depuis de nombreuses années, les crimes de Jack l'éventreur ont suscité l’intérêt de bien des hommes. Aujourd’hui, c’est Nils Barrellon qui s’est inspiré du mystérieux et célèbre tueur en série pour son premier roman LE JEU DE L’ASSASSIN.

Débuter un roman n’est pas chose aisée. Avec « un délit de fuite » particulièrement poilant, Nils Barrellon m’a cueilli dès les premières pages. Une accroche attrayante qui annonce la couleur quant à la suite du roman …

Mais humour et thriller font-ils bon ménage ? En l’occurrence, oui ! Et sans hésitation. L’auteur allie humour et finesse pour nous embarquer aux côtés de son « héros » Nils Kuhn, un impayable commissaire qui nous ravit avec ses bons mots tout du long.

Écriture simple mais efficace à l’image de son intrigue, LE JEU DE L’ASSASSIN repose sur un juste équilibre dans lequel thriller et humour s'entremêlent habilement.

Avec LE JEU DE L’ASSASSIN, Nils Barrellon accomplit de manière manifeste sa volonté, celle de faire passer deux ou trois heures agréables à son lecteur … Une bien jolie découverte !

LE JEU DE L'ASSASSIN de Nils Barrellon

LE JEU DE L'ASSASSIN

Nils Barrellon

Thriller

City éditions

285 pages

Le blog de Nils Kuhn - Barrellon

Nils Barrellon est né en 1975. Il est professeur agrégé de Physique, se passionne pour l'écriture depuis longtemps et profite de son temps libre pour laisser libre cours à son imagination. Il a déjà écrit cinq manuscrits dont le héros est le commissaire Kuhn, Le jeu de l'Assassin est le 5ème de ses opus proposé au jury des Éditions Les Nouveaux Auteurs sous le titre "Ad Personam".

commentaires

VOILÀ L'AURORE de Damien Ruzé

Publié le 5 Février 2014 par Carine Boulay

VOILÀ L’AURORE est le second roman de Damien Ruzé. Et c’est un roman noir, c’est annoncé sur la couverture ! A bon entendeur …

VOILÀ L'AURORE de Damien Ruzé

Après dix-huit mois derrière les barreaux, Stan retrouve sa liberté. À présent plus de temps à perdre, il veut grimper les échelons du crime et prendre du galon en accéléré. Une seule idée en tête, un seul but : reconquérir sa ville, Paname.

Simple, déconcertante et lumineuse, l’idée avait surgi lors de son séjour au mitard. Il allait jouer finement cette fois-ci et bien peaufiner sa méthode car il était hors de question de replonger. Il allait faire du fric, beaucoup de fric.

Mais lorsque sa route croise celle de Swan, il décide de changer de braquet en intégrant son équipe. Le temps de l’amateurisme est aujourd’hui révolu.

L’avenir ne lui souriait pas seulement, il étincelait …

Lorsque Stan est recruté par Swan, il y voit comme un signe. Exit les branquignols, Swan c’est du solide, rien à voir avec les mecs avec qui ils bricolaient avant. Ambitieux, c’est enfin l’occasion pour Stan de toucher du doigt ce monde sur lequel il a si souvent fantasmé …

Un jour il régnerait. Un jour il serait le roi de la Marge. Il en possédait l’étoffe. Les couilles. Il suffisait de réfléchir. D’échafauder des plans à base d’idées originales. De faire mouliner son citron. De faire marcher son cigare. CQFD. Il était un peu rouillé. Il manquait d’entraînement voilà tout. Il allait s’échauffer. Se muscler. Remonter le peloton. Rattraper le retard. Et gagner. Pas à tortiller.

P.24

J’ai lu VOILÀ L’AURORE comme on visionne un film, caméra au poing. Ce roman de Damien Ruzé est un film fait de mots issus du registre argotique. Langage particulier à la densité importante, ce qui apparaîtra comme un point fort pour certains se révèlera être une faiblesse pour d’autres.

Et l’auteur ne se contente pas de cette ressource stylistique. Il crée une syntaxe heurtée en utilisant des phrases courtes, très courtes, se réduisant parfois à un simple mot. Un procédé qui rend le récit plus filmique encore.

Atmosphère particulière, rythme frénétique et anti-héros, pas de tromperie sur la marchandise nous avons bel et bien affaire à un roman noir. Les amateurs devraient être servis, quant aux autres ils ne resteront pas insensibles face à ce roman, quoi qu’il en soit .

Singulier, saisissant, déroutant, étourdissant, VOILÀ L’AURORE de Damien Ruzé est un mélange détonant et audacieux. Une lecture hors normes dans laquelle je me suis furieusement et plaisamment laissée embarquer.

VOILÀ L'AURORE de Damien Ruzé

VOILÀ L'AURORE

Damien Ruzé

Roman noir

Éditions Rouge Sang

291 pages

Nom : Ruzé.

Prénom : Damien.

Né le : 25 octobre 1963.

Nationalité : Lorraine.

Taille : 1 mètre 87.

Poids : 160 livres été comme hiver (sic).

Type : Caucasien.

Casier : Vierge.

Profession(s) exercée(s) : Retraité de l’Éducation Nationale dès l’âge de 16 ans, puis successivement branleur, trader, musicien, chômeur, parolier, journaliste, publicitaire.

Influences : Mauvaises.

Fréquentations : Idem.

Futur : Prétend mordicus apposer l’ultime paluche au roman noir définitif.

commentaires