Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le noir émoi ...

Passionnée de littérature noire, retrouvez les chroniques des livres que j'ai aimés un peu, passionnément voire à la folie. Bienvenue au coeur de mes noirs émois ...

UN ÉTÉ TROP TRANQUILLE d'Éric Robinne

Publié le 3 Novembre 2012 par Carine Boulay

Éric Robinne signe avec UN ÉTÉ TROP TRANQUILLE son premier ouvrage, qui est également le premier volet d’une série de six livres.

UN ÉTÉ TROP TRANQUILLE d'Éric Robinne

Été 2005, Matthieu Guillaume, un jeune lieutenant de police, fatigué par les multiples affaires qui l’ont mobilisé ces derniers temps, prend ses vacances dans les Alpes.

Il exerce son métier avec passion, mais sature quant aux enquêtes ordinaires qui lui sont confiées. Il rêve d’une belle enquête, tordue à souhait, histoire de changer son horizon trop souvent gris. C’est en allant déposer une plainte à la gendarmerie, suite à un simple vol, qu’il va se retrouver embarqué dans une enquête alambiquée et accéder ainsi à ses désirs, par pur hasard.

Simultanément, l’ancien restaurateur, Daniel Dernemont, est contacté par Maître Duvernet, notaire à Modane. Celui-ci l’attend de manière urgente suite à l’accident mortel d’un membre de sa famille, afin de lui remettre un pli lui étant personnellement destiné. Dans cette enveloppe, il y trouve la photo ancienne d’un jeune garçon, dont les traits ne lui sont pas inconnus, une lettre dans laquelle il apprend l’existence de ses deux frères, ainsi qu’une feuille sur laquelle est écrit un poème totalement incompréhensible.

Comment avait-il pu ignorer jusqu’à présent l’existence de ses propres frères ? Pourquoi Denis, son frère jumeau et l’expéditeur de cette missive, lui demandait-il de retrouver leur troisième frère ? Quelles étaient les personnes dangereuses auxquelles il faisait allusion dans sa lettre ?

C’est en fouillant dans son passé enfoui, que Daniel croisera la route de Matthieu. Conjointement ils vont remonter le temps, jusqu’à l’inimaginable. C’était indéniablement un été trop tranquille …

Lorsque j’attaque une nouvelle lecture, j’aime par-dessus tout entrer rapidement dans le vif du sujet. Avec UN ÉTE TROP TRANQUILLE c’est le cas. L’intrigue démarre donc rapidement, s’étoffe constamment au fil des pages et nous apporte bon nombre de rebondissements.

Nos deux protagonistes, vont évoluer côte à côte tout au long du récit et vont devoir affronter les desseins les plus démentiels de ces quelques hommes, qui tapis dans l’ombre, ont édifié un projet tout bonnement ahurissant.

J’ai beaucoup apprécié ces deux personnages principaux mais également la place accordée à Hélène, la compagne de Daniel. L'auteur adoucit ainsi un chouïa ce roman policier truffé d’hommes, avec cette présence féminine.

Éric Robinne nous offre une intrigue complexe, des thèmes délicats en toile de fond

-comme les expériences médicales pratiquées par les nazis pendant la seconde guerre mondiale ou bien encore le clonage- et une fin totalement inattendue.

Pour son premier roman, on peut dire qu’Éric ROBINNE n’a pas choisi la voie de la simplicité. Il tire bien son épingle du jeu et j’ai passé un agréable moment de lecture.

Cependant, je ne peux malheureusement pas ignorer les coquilles qui se trouvent dans le livre. Je sais que l’auteur gère tout de A à Z, mais j’espère que ces erreurs diminueront voire disparaîtront au fil de la série. Une affaire à suivre donc avec LA FILLE AUX SEX-TOYS

UN ÉTÉ TROP TRANQUILLE d'Éric Robinne

UN ÉTE TROP TRANQUILLE

Éric Robinne

Éditions ALEUMAR

Policier

430 pages

Site de l'auteur

Éric Robinne est né le 3 novembre 1955, à Rouen. Marié, 3 enfants, Ingénieur agricole, il poursuit, en dehors de l'écriture, sa carrière professionnelle en tant que directeur des restaurants administratifs de Paris depuis 2004. Il partage sa vie entre Saint-Paul-Trois-Châteaux dans la Drôme où il demeure le week-end et pour ses loisirs, et la capitale. Eric Robinne n'a pas l'âme d'un téléspectateur, sauf pour regarder les émissions littéraires ou celles qui pourraient être source d'inspiration. Ce qui lui laisse le temps de s'adonner au footing (nombreuses courses locales et semi-marathon de Paris), de hanter les salles de cinéma en quête de films d’actions, policiers, ou fantastiques, et bien sûr de lire des auteurs aussi variés que Henning Mankell, Fred Vargas, Harlan Coben, Jean-Christophe Grangé, Maud Tabachnik, Jérôme Camut et Nathalie Hug ou encore Franck Thilliez. Il apprécie également les œuvres d’auteurs plus classiques tel Jean d’Ormesson, ou de journalistes comme Franz-Olivier Giesbert. Il utilise ses derniers temps libres et bon nombre de ses soirées à l’écriture. Dans sa jeunesse, la poésie l’a beaucoup inspiré. Bien plus tard, suite à une sorte de défi lancé par son fils, il s'est lancé dans l'écriture de romans policiers en 2005. Il a délibérément choisi de les inscrire autour de faits divers ou d’événements politiques de la vie française. Ces livres forment une série mais chaque histoire est indépendante des autres. Le héros reste le même tout comme le « méchant ». Cinq romans sont disponibles à ce jour. Un sixième est en préparation et s’inspirera de la crise financière de 2011.

Commenter cet article

jean dewilde 04/11/2012 12:11

Coucou Carine,

Je te dis merci pour cette chronique très complète. J'aime beaucoup la couverture, très réussie. Je ne te sens pas trop emballée par cette lecture, juste un bon moment comme tu le dis. Et dommage ces coquilles, ça énerve ! La bise.

Carine 04/11/2012 14:04

J'aime beaucoup aussi la couverture, un très beau bouquin ! Les coquilles c'est vraiment dommage effectivement mais j'espère que ça ira en s'arrangeant au fil de la série. La bise mon cher Jean !

Betty 03/11/2012 13:28

Il a l'air super,je le note de suite.

Carine 03/11/2012 13:31

Un agréable moment de lecture ...

Vincent 03/11/2012 13:18

Ouh, ça me paraît compliqué et tortueux à souhait... Si j'ai un peu de place dans ma PAL, j'y penserai... Mais il va me falloir agrandir la maison, si je veux faire de la place pour les livres.

Carine 03/11/2012 13:22

Je me dis souvent la même chose Vincent ... il me faudrait une pièce exprès ! ;-)