Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le noir émoi ...

Passionnée de littérature noire, retrouvez les chroniques des livres que j'ai aimés un peu, passionnément voire à la folie. Bienvenue au coeur de mes noirs émois ...

LES SEPT JOURS DU TALION de Patrick Senécal

Publié le 26 Mars 2013 par Carine Boulay

Je possède la quasi-intégralité des livres de Patrick Senécal. Cependant, c’est avec parcimonie que de temps à autre, j’extrais un de ses romans de ma pile à lire, afin de combler une envie au moment opportun. J’ai, pour le moment en tout cas, l’embarras du choix et je jette mon dévolu pour cette fois sur LES SEPT JOURS DU TALION.

LES SEPT JOURS DU TALION de Patrick Senécal

Bruno Hamel, trente-huit ans est chirurgien. Il vit à Drummondville avec sa femme Sylvie et sa petite fille Jasmine.

Une vie somme toute banale, jusqu’à ce bel après-midi d’automne, où Jasmine est retrouvée dans le champ près de son école sauvagement violée et tuée.

Quatre jours après la découverte du corps de Jasmine, le sergent - détective Mercure lui annonce qu’ils ont retrouvé le meurtrier.

Un terrible projet germe alors dans l’esprit enténébré de Bruno Hamel. Il va enlever le monstre afin de le torturer pendant sept jours, après quoi il l’exécutera. Ensuite seulement, il se rendra …

Une heure avant que les ténèbres ne s’abattent sur lui, Bruno Hamel remerciait la providence de lui avoir accordé une vie sans réelles épreuves. On pense toujours que ça arrive à d’autres enfants, à d’autres parents, mais certainement pas à nous. Pourtant Jasmine, son unique fille est morte. Une épreuve pour son couple, qui depuis quelque temps déjà bat de l’aile. C’est le moment de redevenir le couple qu’ils formaient auparavant, afin de traverser ce drame, ensemble. Mais au lieu de les rapprocher, la mort de leur fille va les séparer.

C’est dans une détresse omniprésente, que Bruno Hamel brisé par le malheur et le désespoir va échafauder un projet démentiel, afin d’apaiser son sentiment d’impuissance et d’injustice. C’est de manière réfléchie et calculée, qu’il va élaborer une froide et chirurgicale préparation afin de torturer pendant sept jours l’assassin de sa fille dans le but de lui rendre la pareille.

Pendant les sept prochaines journées, chaque soir avant de te coucher, tu pourras te dire que le monstre qui a violé et tué notre fille vient de passer une journée de souffrance. Chaque jour, tu pourras te dire qu’il est en train de vivre les tortures qu’il a fait subir à Jasmine. Et chaque journée sera pire que la précédente. Il n’aura plus jamais son petit criss* de sourire baveux, tu comprends ? Jusqu’à lundi prochain, tu sauras que quelque part l’assassin de notre fille et en train de hurler de douleur. Pense à ça Sylvie, et ose me dire que tu es complètement contre cette idée !


Comment Bruno Hamel, cet homme altruiste et pacifiste, qui a choisi de soigner et de sauver des vies en devenant chirurgien, a-t-il pu endosser ce rôle de père vengeur ? Comment cet homme a-t-il pu passer du statut de père de famille ordinaire à celui de tortionnaire ? Le choix de contre-attaquer ne ravive-t-il pas encore plus la blessure ? La vengeance libère-t-elle de la haine et de la douleur ? Finalement, est-elle salutaire ?

Images tirées de l'adaptation cinématographique Images tirées de l'adaptation cinématographique Images tirées de l'adaptation cinématographique

Images tirées de l'adaptation cinématographique

Celui qui s’applique à la vengeance garde fraîches ses blessures.

Francis Bacon

Patrick Senécal, écrit un roman coup de poing avec ce drame psychologique. La violence exprimée avec force tout au long du récit n’est pas une fin en soi. Si l’auteur a recours à elle, c’est parce que c’est le phénomène par lequel la vengeance s’exprime le plus souvent. Se venger, c'est faire subir à l'autre un préjudice au moins aussi important que celui dont on estime avoir été soi-même victime. Alors dans le contexte d’une telle tragédie, Bruno Hamel se livre à des représailles qu’il imagine proportionnelles à sa douleur.

Un livre particulièrement ardu, à bien des niveaux. Psychologiquement, d’abord. Nous assistons à la métamorphose d’un homme ordinaire en bourreau mais également à la transformation d’un monstre en victime. Émotionnellement ensuite. Impossible de rester de marbre face à un homme que la noirceur a intégralement pénétré, au point d’empêcher tout épanchement de son désespoir, de même qu’il est difficile de rester imperturbable face aux supplications et aux lamentations du monstre. Une écriture très descriptive, quasi visuelle qui donne lieu à quelques scènes effroyables notamment lorsque l’homme laisse place au chirurgien afin de pratiquer son « art » de manière plus que particulière.

Vous l’aurez compris, mieux vaut être préparé avant d’attaquer LES SEPT JOURS DU TALION. Une lecture qui amène quoi qu’il en soit une réflexion intense voire une introspection. Qui n’a pas déjà eu envie de se venger à un moment de sa vie ? Comment réagirions-nous face à un tel drame ? La vengeance est un sentiment humain certes, mais de geste de reconstruction ne devient-elle pas un cercle vicieux aux effets dévastateurs ? N’est-elle pas finalement qu’illusion ? À vous de juger …

Après le dérangeant HELL.COM, le fascinant 5.150, RUE DES ORMES, je me réjouissais de retrouver le grand Patrick Senécal. Une fois encore je suis estomaquée et je constate à nouveau que c’est de main de maître que l’auteur allie psychologie et terreur.

L’immersion dans l’univers du maître de l’horreur québécois est pour moi toujours éprouvante, mais bigrement fascinante ! Avec LES SEPT JOURS DU TALION je tiens là mon second coup de cœur de l’année 2013.

__________________________________________________________________________
* criss : fait partie des sacres (jurons) les plus importants de la langue québécoise. Il signifie : putain, bordel. Les sacres sont utilisés également fréquemment pour remplacer « très ».
Images tirées de l'adaptation cinématographique Images tirées de l'adaptation cinématographique Images tirées de l'adaptation cinématographique

Images tirées de l'adaptation cinématographique

LES SEPT JOURS DU TALION de Patrick Senécal

LES SEPT JOURS DU TALION

Patrick Senécal

Thriller d'horreur

Editions ALIRE

333 pages

http://www.patricksenecal.net/

Patrick Senécal est né à Drummondville en 1967. Bachelier en études françaises de l’Université de Montréal, il a enseigné pendant plusieurs années la littérature et le cinéma au cégep de Drummondville. Passionné par toutes les formes artistiques mettant en œuvre le suspense, le fantastique et la terreur, il publie en 1994 un premier roman d’horreur « 5150, rue des Ormes », où tension et émotions fortes sont à l’honneur. Son troisième roman « Sur le seuil » un suspense fantastique publié en 1998, a été acclamé de façon unanime par la critique. Après, « Aliss » en 2000, une relecture extrêmement originale et grinçante du chef-d’œuvre de Lewis Carroll, « Les sept jours du talion » en 2002, « Oniria » en 2004, « Le vide » en 2007 et « Hell.com » en 2009 ont conquis le grand public dès leur sortie des presses. « Sur le seuil » et « 5150, rue des Ormes » ont été portés au grand écran par Eric Tessier 2003 et 2009, et c’est Podz qui a réalisé « Les sept jours du talion » en 2010. Trois autres romans sont actuellement en développement tant au Québec qu’à l’étranger.

Commenter cet article

céline 13/06/2013 22:02

Je ne connais pas cet auteur, mais ta chronique et les commentaires qui suivent me poussent a noter son nom...

Carine 14/06/2013 07:22

Un auteur de génie Céline ! Mais attention il fait dans le thriller horrifique ... Es-tu prête ?! ^_^ Si tu aimes un de ses titres, il risque bien de devenir un de tes auteurs fétiches ... Je te souhaite les mêmes sensations et émotions que moi à sa lecture !

argali 27/04/2013 13:00

J'adore Senécal. J'en ai lu 6 mais celui-là, je ne me décide pas à l'ouvrir. Trop hard pour moi je crois.

Carine 27/04/2013 15:59

Il est très dur, je confirme ... mais si tu as lu Hell.com alors tu peux le lire ! ^_^ Ce n'est pas pour rien qu'il a été baptisé le maître de l'horreur ... je le reconnais volontiers !

Isa 09/04/2013 15:01

Je lis cet auteur régulièrement également, j'aime beaucoup son côté très sombre qui bascule vers l'horreur... mais c'est vraiment hard je trouve... mais ça ne m'empêche pas d'adorer !

Carine 09/04/2013 20:00

Je suis entièrement d'accord avec toi Isabelle c'est très hard ! J'adore également mais je dois bien convenir que les thrillers horrifiques de Monsieur Senécal ne sont pas à mettre entre toutes les mains ! ;-)

nath 30/03/2013 17:13

excellente chronique avec photos et vidéos à l'appui !
j'adore Senécal et je suis loin de tout avoir lu comme toi. C'est vraiment un grand auteur

Carine 01/04/2013 09:19

Merci beaucoup Nath ! Je n'ai pas tout lu. Par contre j'ai quasi l'intégralité de ses livres dans ma PAL. Je les sors au compte goutte justement pour pouvoir les savourer ... Nous sommes bien d'accord : un grand auteur ! Merci de ton passage et de ton commentaire sur Le noir émoi ... :D

brigitte Lassalle 28/03/2013 07:27

Belle chronique, Carine ! après Hell.com, et 5150 rue des Ormes, ça sera sûrement mon prochain ! et peut être même avec le film en bonus !!

Carine 28/03/2013 09:33

Merci Brigitte ! Jamais deux sans trois ... ;-)

Foumette 27/03/2013 16:30

Waouhhhh!!!! Magnifique article ma copiteuse!!!! Je suis très très d'acoord avec toi!!! Senécal est un véritable génie!!!!

Carine 27/03/2013 16:49

Merci ma copiteuse ! Heureuse que ma chronique te plaise ... Nous sommes bien d'accord ... un véritable génie de l'horreur ! ;-)

famechon sandrine 27/03/2013 10:05

non seulement tu me donnes envie de lire ce livre mais en plus je vais regarder le film... merci de cette belle chronique

Carine 27/03/2013 10:15

J'ai lu le livre et regardé le film dans la foulée. Le film est pas mal mais comme d'hab le livre est largement au dessus ! Si l'envie s'en fait sentir Sandrine ... tu n'hésites pas ! ;-)

Vincent 27/03/2013 09:56

Eh bien! Apparemment, Senécal frappe fort à nouveau! Après mes deux premières lectures de cet auteur, je vais sûrement me laisser tenter par ce nouvel opus, mais pas tout de suite. Trop de Senécal pourrait nuire à mon équilibre mental.

Carine 27/03/2013 10:14

Je confirme, il frappe fort à nouveau ! Tu as raison de te laisser tenter Vincent mais tu as également bien compris qu'il fallait ne pas les enquiller les uns à la suite des autres ! C'est également le choix que j'ai fait ... Lorsque ton envie devient pressante ... tu me fais signe ! ;-)

Taylor 27/03/2013 08:42

Je n'ai lu que le Passager (dans le train) et ça m'avait beaucoup retourné.

Carine 27/03/2013 08:49

Les trois titres que j'ai lu m'ont aussi beaucoup retourné et marqué. Un auteur exceptionnel ! Je glisse un de ses bouquins entre plusieurs autres livres car effectivement deux d'affilée ce serait un peu dur dur. En tout cas je suis fan !

Betty 27/03/2013 08:07

Très belle chronique pour un auteur super,je dévore ses livres comme du chocolat,j'adore!

Carine 27/03/2013 08:48

Merci beaucoup Betty ! Tout pareil que toi ... encore une fois ! ;-)

gruz 27/03/2013 07:42

De cet auteur, je n'ai lu que "contre Dieu" qui m'avait profondément remué. Il faut vraiment que je me plonge dans ses autres romans. Belle critique en tout cas

Carine 27/03/2013 08:47

Merci beaucoup. Je n'ai pas encore lu Contre dieu mais il m'attends dans ma PAL. Je n'ai lu "que" trois de ses romans mais a chaque fois ça remue comme tu dis ! Un grand auteur ... je suis fan, fan, fan !

Dubruit Danslesoreilles 27/03/2013 07:14

Je ne connais pas encore cet auteur mais voilà qui donne envie!

Carine 28/03/2013 20:53

Une découverte fabuleuse cet auteur ! Baptisé le maître de l'horreur québécois il mérite vraiment son appellation ! J'adore ... Je t'incite vraiment à le découvrir à ton tour ...