Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le noir émoi ...

Passionnée de littérature noire, retrouvez les chroniques des livres que j'ai aimés un peu, passionnément voire à la folie. Bienvenue au coeur de mes noirs émois ...

LE COMPLEXE DU PRISME de Fabrice Pichon

Publié le 17 Avril 2013 par Carine Boulay

C’est avec VENGEANCE SANS VISAGE, que je découvrais la plume de Fabrice Pichon. Une première expérience concluante, tant et si bien que je me faisais la promesse d’un autre rendez-vous avec l’auteur. C’est chose faite avec LE COMPLEXE DU PRISME.

LE COMPLEXE DU PRISME de Fabrice Pichon

Besançon - Commissariat Central de la Gare d’Eau.

Arrivant de Bergerac, la commissaire Marianne Bracq a tout juste le temps d’intégrer sa nouvelle équipe, qu’elle est appelée sur une scène de crime. Le corps éviscéré d’une clocharde vient d’être découvert. Pas de suspect, pas d’indice et pas de mobile. D’étranges marques sur le cadavre laissent supposer qu’il ne s’agit pas d’un simple crime crapuleux.

Déterminée, Marianne fera tout pour mener à bien ses investigations, même lorsque la commissaire se rendra compte qu’elle a un rapport, de près ou de loin avec ces meurtres.

Pour un homme seul, les choses perdent la moitié de leur intérêt. La famille a un prisme qui rend l’aspect de toutes choses plus satisfaisant.

Duranty, Malh. H. Gérard, 1860, p.146

Pas de prologue en musique cette fois-ci -cf VENGEANCE SANS VISAGE- et d’ailleurs pas de prologue du tout. Fabrice Pichon entre sans préambule dans le vif du sujet, moyennant un début de roman avec tout ce qu’il faut de mystérieux, d’inquiétant et de fatal.

Fabrice Pichon reprend les personnages secondaires de son premier roman et nous présente Marianne Bracq, qui succède à « la patronne » Nicole Desvignes. La nouvelle commissaire entame sa prise de fonctions par un baptême du feu, sur une affaire des plus sordides. Elle n’a en aucune façon le temps de découvrir sa nouvelle ville, ni même de se familiariser avec sa nouvelle équipe.

En effet, une ombre rôde dans la ville, un prédateur est à la recherche de sa proie. Les démons de son passé viennent de ressurgir et ce n’est que le début d’une quête préparée depuis de longs mois. L’assassin doit continuer à fixer ses règles du jeu. Il suffit pour ça de poser simplement les bonnes pièces sur l’échiquier. Seule la reine manque pour entamer la partie. La commissaire Marianne Bracq fera parfaitement l’affaire. La reine et sa liberté !

Les meurtres s’enchaînent, les coïncidences aussi. Marianne Bracq découvre qu’elle possède un pendentif identique à celui retrouvé sur le premier corps. Une amulette en forme de prisme, dont elle n’arrive pas à se rappeler la provenance et dont elle avait presque oublié l’existence. L’enquête va s’accélérer lorsqu’un évènement particulier, touchant de très près la commissaire se produit. Un retour aux sources s’impose car il lui faut des réponses.

Un assassin obligé de tuer pour se faire entendre d’une justice aveugle et sourde. Une commissaire semblant être le trait d’union entre le passé et le présent. Et au bout du compte, peut-être l’espoir d’être lavé des accusations qui lui collent à la peau depuis trois décennies maintenant. Tuer pour prouver son innocence, quel paradoxe et quelle ironie !

Besançon : Porte-Noire - Square CastanBesançon : Porte-Noire - Square Castan

Besançon : Porte-Noire - Square Castan

La forme, la silhouette, l’ombre, l’assassin, le prédateur, le fantôme, autant de noms pour désigner le ou la responsable des odieux crimes commis à Besançon. Fabrice Pichon joue avec nos nerfs –avec les miens en tout état de cause- et ne nous dévoile le sexe, puis le nom de ce mystérieux assassin, à la moitié du livre seulement !

L’auteur est parvenu à susciter, mais également à maintenir mon intérêt grâce à une intrigue habilement menée, composée de fausses pistes et de rebondissements. Et quel final ! Fabrice Pichon nous offre une fin totalement inattendue et sacrément culottée.

LE COMPLEXE DU PRISME est vous l’aurez compris une lecture réjouissante. J’ai le sentiment que l’auteur « s’est plus lâché » avec ce second roman. Mais j’ai l’intuition également que Fabrice Pichon ne nous a pas encore montré l’étendue de ses capacités. Fabrice Pichon, je vous attends de pied ferme avec votre troisième roman !

LE COMPLEXE DU PRISME de Fabrice Pichon

LE COMPLEXE DU PRISME

Fabrice Pichon

Éditions du citron bleu

262 pages

Site de l'auteur

Après des études de Droit qu'il abandonne au profit des paillettes de son emploi de "G. O." dans un Club de vacances à Cannes, Fabrice Pichon se range des nuits de folie en intégrant une société l'amena à faire ses premiers pas dans l'univers du polar avec « Vengeance sans visage », car ce qui n'a pas été aurait pu être. Le passé est un personnage à part entière de ses écrits, et la dualité des êtres qu'il affectionne doit être une réminiscence des comics ingurgités à haute dose. Aujourd'hui d'assurances. En 2000, il est lauréat d'un concours organisé par le journal « Le Bien Public » et les quotidiens de Bourgogne avec un premier thriller diffusé sous forme de feuilleton pendant six mois. Par la suite les idées s'entassent dans un coin de son esprit et la vie poursuit son cours.Chacun porte en lui ses propres déchirures, et quitter sa ville et ses racines à l'âge de douze ans fut certainement une de celles qui marqua Fabrice Pichon le plus profondément. Aujourd'hui Fabrice Pichon partage son temps entre Dijon et la Franche-Comté, où il a retrouvé ses racines. Il publie en 2012 Vengeance sans visage et en 2013 Le complexe du prisme, tous deux aux Éditions du Citron bleu.

Commenter cet article

gruz 25/04/2013 08:16

Dois-je me pencher sur l'oeuvre de ce sympathique auteur ? :-)

Carine 25/04/2013 11:21

Mais certainement Yvan !!!! Sympathique et talentueux ...

Foumette 20/04/2013 08:53

Tu vas encore me faire craquer toi!!!! Il est sur ma liste...
Excellent article ma copiteuse!!!! J'adore te lire!!!! Bisous

Carine 20/04/2013 12:12

Et moi j'adore quand tu viens me laisser un petit message ... merci ! des bisoussssss ma copiteuse ...

Nath 19/04/2013 21:28

ça donne envie, rien que parce que j'ai habité Besancon il y'a quelques années ! :)

Carine 20/04/2013 08:35

Ah oui ! Ainsi il y aurait une dimension supplémentaire pour toi en reconnaissant les lieux ... Je n'ai jamais eu cette occasion ça doit faire drôle ...

brigitte 19/04/2013 20:25

Très très envie de le lire aussi avec ta chronique ! Mais peut-être vaut-il mieux lire "Vengeance sans visage" d'abord ? je ne m'en sortirai jamais !! ;)

Carine 20/04/2013 08:34

Je suis heureuse de te donner envie Brigitte ! Tu peux le lire sans avoir lu "Vengeance sans visage". Toutefois je trouve qu'il y a une évolution dans le syle de l'auteur et qu'à ce titre c'est mieux de les lire dans l'ordre. Mais ce n'est que mon humble avis ! ;-)

nathalie 19/04/2013 13:48

Pour une fois je l'ai acheté avant que tu fasses ta chronique ! .... et ben là tu m'a donné trop envie de le lire , allez zou !! M'sieur Pichon à nous deux !!!

Carine 19/04/2013 14:19

Tu as extrêmement bien fait Nath !!!! Je t'en souhaite une bonne lecture ... grosses bises !