Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le noir émoi ...

Passionnée de littérature noire, retrouvez les chroniques des livres que j'ai aimés un peu, passionnément voire à la folie. Bienvenue au coeur de mes noirs émois ...

LA MÉMOIRE DU BOURREAU de Maud Tabachnik

Publié le 3 Juillet 2013 par Carine Boulay

Auteure d’une trentaine de romans, Maud Tabachnik explore les noirceurs de l’esprit humain à travers ses romans politiques et historiques. Paru aux Éditions du Masque en 1999, LA MÉMOIRE DU BOURREAU vient d’être réédité chez J’ai lu. Une couverture évocatrice associée à un titre percutant, pour une première fois marquante …

LA MÉMOIRE DU BOURREAU de Maud Tabachnik

Anton Strübell, ancien commandant de camp SS vit paisiblement comme un riche aristocrate sous la protection du gouvernement syrien.

Son fils Gerhardt vient recueillir ses abominables souvenirs afin de les diffuser sur Internet. Anton Strübell raconte … Son idéal, son combat, ses espoirs mais aussi sa vie d’homme, sa femme et ses enfants.

Mais au fil des entretiens, Gerhardt supporte de plus en plus mal le passé de son père, empreint de mort, de violence et de cruauté.

Rapatrié en Allemagne suite à un problème de santé, Anton Strübell est sauvé par le Docteur Klein et devra affronter la mémoire de l’Histoire.

Maud Tabachnik plante le décor de manière originale en ouvrant son roman directement par un dialogue. Une conversation entre un père et son fils, quoi de plus banal ? Le tête-à-tête prend une tournure nettement moins ordinaire lorsque le père est un des principaux chefs SS rescapés de la guerre.

Pour rédiger LA MÉMOIRE DU BOURREAU l’auteure s’est glissée dans la peau d’un tortionnaire. Un homme qui par soumission a volé, déporté, torturé et tué. Un nazi convaincu, qui avait pour mission de donner la chasse aux Juifs désignés comme les principaux responsables de la pitoyable situation de l’Allemagne. Un soldat prêt à donner sa vie pour le Führer, qui admettait que sacrifier « les fruits pourris d’une récolte » était une décision qui s’avérait nécessaire, puisqu’elle ne concernait que des sous-hommes, des déchets de cette humanité qu’il fallait sauver. Un homme persuadé que le national-socialisme était l’espoir et qui pensait au destin grandiose qui l’attendait grâce au Führer. Un homme prêt à tout recommencer …

Nous étions persuadés que le Reich allait durer mille ans ; que notre race dominerait, et montrerait le chemin. Nous voulions pour nos enfants ce qu’il y avait de mieux. Chaque ennemi que nous terrassions était une marche qui nous hissait plus haut vers la victoire. Que valaient pour nous ces populations misérables, que nos chefs nous désignaient comme n’appartenant pas à l’humanité, et dont il fallait se défaire ? Nous voulions créer un homme nouveau, un monde nouveau. Nos chefs nous avaient persuadés que nous le pouvions. Eux, d’une Allemagne écrasée et humiliée, avaient fait l’élite des nations. Elle combattrait contre tous et elle vaincrait.

P121

LA MÉMOIRE DU BOURREAU de Maud TabachnikLA MÉMOIRE DU BOURREAU de Maud Tabachnik

Élevé dans l’idéologie national-socialiste, son fils qu’il pensait acquis à ses idées va progressivement évoluer. Gerhardt prend peu à peu la mesure de la monstruosité des actes commis par son père et l’héritage paternel devient lourd à porter.

Tu connais mes idées, c’est hélas toi qui me les as données. Mais t’entendre jour après jour, évoquer vos exploits guerriers, m’a fait comprendre que le mouvement nazi a été dirigé par des monstres. Des pervers fanatiques qui ont entraîné notre pays dans le chaos. Leur but n’était pas de créer une race nouvelle, il était d’écraser l’humanité.

P 158

En rédigeant son roman à la première personne du singulier, l’auteure donne une atmosphère particulière à ce récit, amplifiant de ce fait l’impact sur le lecteur. Ce roman noir historique illustrant un homme guidé par le devoir, portant un regard teinté d’émotion sur son passé et n’éprouvant aucun regret sur « ses exploits guerriers » ne peut laisser impassible.

Imaginer les mémoires d’un officier SS, un exercice difficile que Maud Tabachnik a relevé haut la main. La Shoah vu sous l’angle d’un bourreau, plutôt inédit et carrément terrifiant.

Une première fois marquante qui annonce assurément d'autres rendez-vous avec Maud Tabachnik !

LA MÉMOIRE DU BOURREAU de Maud Tabachnik

LA MÉMOIRE DU BOURREAU

Maud Tabachnik

Roman noir historique

223 pages

Éditions J'ai Lu

Née le 12 novembre 1938 à Paris. Sur son enfance, on ne sait rien. Bien qu'ayant suivi des études commerciales, elle choisit de se diriger vers le métier de kinésithérapeute. Elle commence sa carrière en 1963 avec une spécialisation d'ostéopathe. Dix-sept ans plus tard, Maud Tabachnik est obligée d'arrêter son métier suite à une intervention chirurgicale et c'est à cinquante ans qu'elle décide d'essayer l'écriture.Maud Tabachnik est une passionnée de cinéma, de lecture et de poésie. Elle écrit son premier roman, La Vie à fleur de terre en 1991. Ses thrillers politiques sont un coup de poing dans l'univers typiquement machiste des auteurs de polars.

Commenter cet article

sandrine 12/08/2013 16:06

je suis une très grande fan de Maud ! ces récits sont toujours excellents même si ils peuvent être très durs !

Carine 12/08/2013 17:24

C'était ma première fois avec cette auteure, mais certainement pas ma dernière ! :D

lefty 10/07/2013 07:24

Jai commencé et on a vraiment l'impression que Anton ( le bourreau) à vraiment existé!

Carine 16/07/2013 19:45

Nous sommes complètement d'accord ! D'où la difficulté pour l'auteure de rédiger un livre dans la peau d'un bourreau ... En tout cas ce genre de livre est toujours enrichissant malgré la difficulté à assimiler le fait que de telles horreurs aient vraiment existé ! :( Merci pour ce retour de lecture ! Au plaisir Lefty ...

Leftiy 16/07/2013 13:54

j'ai terminé le livre et ce qui me paraît le plus terrifiant ce n'est le récit des atrocités commise sur les juifs mais la froideur, le manque de compassion ou de remords, du bourreau... J'ai aimé aussi le faite que l'auteure site des faits historique méconnu du grand public comme par exemple la réunion à Budapest au Majestic HÔtel!

Carine 10/07/2013 08:24

Ca en est terrifiant n'est-ce pas ?! Bonne lecture Lefty ... Revenez m'en parler une fois la dernière page tournée ... Merci pour votre passage sur Le noir émoi !

Jean 09/07/2013 12:39

Si j'ai bien compris, Carine, c'est ta première rencontre littéraire avec cet auteur. Je n'ai pas lu (encore) La mémoire du bourreau. Ta chronique est très positive, bien argumentée comme toujours. Je ne me souviens pas d'avoir été déçu par un des nombreux titres que j'ai lus de Maud Tabachnik. Certains sont plus marquants que d'autres mais la qualité est constante.. Une très grande écrivain qui méritait d'atterrir sur ton blog. Bises.

Carine 09/07/2013 16:36

Encore une première rencontre Jean ... Qu'est-ce que c'est bon les premières fois de ce type là ! C'est certain que je vais approfondir cette auteure ... Ton titre préféré serait lequel ? Bises ...

nath 07/07/2013 10:56

j'aime tes chroniques qui sont trop rares à mon goût :)
Une auteure talentueuse, j'ai lu quelques uns de ses livres , je vais ajouter celui là à ma LAL

Carine 08/07/2013 05:15

Merci beaucoup Nath ! J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi ...

Belledenuit 04/07/2013 10:25

Je n'ai jamais lu l'auteur et j'aime beaucoup tout ce qui traite de la 2nde Guerre Mondiale. Du coup, je note :)

Carine 04/07/2013 10:27

C'est drôle je m'étais fait la même réflexion ! Bonne lecture ...

Betty 04/07/2013 10:16

J'adore Maud Tabachnik lorsqu'elle écrit des thrillers,par contre je n'ai pas encore lu ce livre d'un autre genre.Comme il est dans ma PAL,je le remonte au-dessus de la pile!Super chronique Carine pour une auteure talentueuse et attachante!

Carine 04/07/2013 10:19

Merci beaucoup Betty ! Je me souviens t'avoir demandé comment tu trouvais cette auteure ... Ce roman noir historique est un très bon roman ! Bonne lecture ... et reviens m'en parler dès que tu l'as lu ...

gruz 04/07/2013 08:17

Terrifiant en effet ! Une lecture qui doit être marquante

Carine 04/07/2013 08:19

Une lecture qui l'est ...

Black Kat 04/07/2013 07:48

Belle chronique! J'ai hâte de lire cette histoire, entre le côté historique et les rapports père/fils, cette lecture promet d'être très riche!!!

Carine 04/07/2013 08:04

Plus ça va et plus j'aime les romans historiques ! Je vais m'empresser de partir à la découverte des romans de cette auteure ...

Hélène 04/07/2013 07:47

Très belle chronique qui attise ma curiosité sur ce livre !!

Carine 04/07/2013 08:02

Merci beaucoup Hélène ! Aucune hésitation à avoir ...