Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le noir émoi ...

Passionnée de littérature noire, retrouvez les chroniques des livres que j'ai aimés un peu, passionnément voire à la folie. Bienvenue au coeur de mes noirs émois ...

L'INSTINCT MATERNEL de Barbara Abel

Publié le 11 Octobre 2012 par Carine Boulay

J’étais enceinte, j’avais 30 ans, je n’étais nulle part du point de vue professionnel. Un matin, je reçois un mail de Serge Brussolo, alors directeur de collection aux éditions du Masque, qui avait lu une de mes nouvelles policières : il m’informe qu’il cherche de jeunes auteurs et que si j’ai un projet de roman, je n’hésite pas à le lui proposer. Je n’avais rien dans mes cartons (au sens propre comme au figuré : nous étions en plein déménagement), mais quand on reçoit ce genre de mail, il faut prendre le train en marche sans quoi, personne ne vous attend. Le jour même, je vais faire des courses dans une supérette près de chez moi. A la caisse, devant moi, une femme, voyant que j’étais enceinte, engage la conversation, me dit qu’elle possède des vêtements de grossesse, qu’elle habite le quartier et qu’elle veut bien me les donner si je l’accompagne jusque chez elle. Cela faisait des années que je vivais dans ce quartier et je ne l’avais jamais croisé. Cette proposition m’a mis mal à l’aise. J’ai poliment décliné et je suis rentrée chez moi. Je raconte l’anecdote à mon compagnon qui me demande pourquoi j’ai refusé. D’une traite, je lui explique que, peut-être, cette femme était stérile et cherchait juste à m’attirer chez elle pour me séquestrer et me voler mon bébé. Je m’interromps soudain : quelle histoire ! J’en fais un synopsis que j’envoie à Serge Brussolo. Il trouve l’idée intéressante, me demande d’écrire 3 chapitres. J’entame la rédaction du roman et chaque mois, je lui envoyais mes chapitres. Lorsque le roman fut écrit, il m’annonce qu’il le propose pour le prix Cognac. Voilà. En quelques mois, j’étais devenue maman et écrivain. Pour info, je n’ai plus jamais vu la femme de la supérette, mais ma carrière était lancée.

Barbara Abel

L'INSTINCT MATERNEL de Barbara Abel

Elle avait vu en lui le rêve se faire réalité. Elle, c’est Jeanne. Une jeune femme qui s’est fait le serment de quitter au plus vite le climat de misère dans lequel elle vit. Lui, c’est Richard. Richard Tavier, un homme puissant qui poursuit avec succès une carrière politique.

S’il épouse Jeanne, c’est afin de toucher la première moitié de l’héritage de son père. La seconde partie ne lui reviendra que lorsqu’il aura un fils. Or Jeanne est stérile et ne lui donnera donc jamais cet héritier.

C’est à la mort de son mari, qu’elle apprend que celui-ci l’a déshérité, au profit d’une certaine Suzanna Da Costa, qui n’est autre que sa jeune maîtresse portugaise.

Il est pour elle inconcevable de retrouver l’état de pauvreté duquel Richard l’a sortie. Et pour ça, elle est prête à commettre l’irréparable : se débarrasser de sa concurrente.

Mais voilà, Suzanna est enceinte de Richard. Cela change tout, car l’existence de cet enfant lui donne droit à l’entièreté du patrimoine des Tavier. Les choses deviennent simples : cet enfant sera le sien !

Avant toute chose je voudrais remercier « l’inconnue de la supérette » sans qui ce roman n’aurait certainement pas vu le jour !

Trêve de plaisanteries, pour son premier roman Barbara Abel m’a réellement épaté. Elle utilise au départ une aventure traditionnelle, celle de la maternité, pour en faire de pied en cap une histoire hors normes, nous entraînant ainsi dans un huis clos cauchemardesque.

L’instinct maternel, formulation suave produite certainement par la douceur du mot « maternel », qui comporte cependant une touche animale avec le terme « instinct ».

L'instinct maternel est divinement animal. La mère n'est plus femme, elle est femelle .

Victor Hugo

Et si le « divinement » vire au « monstrueusement » ? Eh bien nous y voilà, c’est le ton du roman de Barbara Abel.

La psychologie des personnages est réalisée de manière approfondie et l’auteure donne pour le coup une belle consistance aux deux protagonistes. La police est, je dirai « presque » accessoire dans ce livre, que je qualifierai d’ailleurs de roman psychologique plutôt que de roman policier.

L’instinct maternel restera pour moi une lecture fascinante mais éprouvante, que j’ai d’ailleurs terminée avec une espèce de frénésie compulsive afin d’être libérée d’une sensation oppressante.

J’ai été déconcertée, malmenée, horrifiée mais j’en ai raffolé … chapeau Madame Abel !

L'INSTINCT MATERNEL de Barbara Abel

L’INSTINCT MATERNEL

Barbara Abel

Editions Le Masque
Collection Masque jaune

Policier

382 pages

Depuis toujours, Barbara Abel est férue de théâtre et de littérature. Elle suit à 15 ans les cours de théâtre de Bernard Marbaix à l’Académie d’Etterbeek, puis opte pour des études littéraires qui la mèneront jusqu'à une licence en philologie romane à l'Université Libre de Bruxelles. Après avoir été élève à l'école du Passage à Paris, elle exerce quelques temps le métier de comédienne et joue dans des spectacles de rue. À 23 ans, elle écrit sa première pièce de théâtre, « L'esquimau qui jardinait », qu'elle interprètera avec succès sur les planches bruxelloises et au festival de Spa. Privilégiant bientôt sa passion pour l’écriture, elle remporte le Prix Cognac en 2002 pour son premier roman « L’instinct maternel », avant d’être sélectionnée par le jury du Prix du Roman d’Aventures pour « Un bel âge pour mourir », adapté à la télévision avec Emilie Dequenne et Marie-France Pisier dans les rôles principaux. S’ensuivent « Duelle » en 2005, « La mort en écho » en 2006, « Illustre Inconnu » en 2007, « Le bonheur sur ordonnance » en 2009, « La brûlure du chocolat » en 2010 et « Derrière la haine » en 2012. Elle signe également le scénario de « Je vous salue Jennifer », illustré par Gérard Goffaux aux éditions Quadrant. Aujourd’hui, certains de ses livres sont traduits en Allemand, en Espagnol et en Russe.

Commenter cet article

read more 04/12/2013 10:47

One think special about Barbara Abel's works, especially "Behind the hatred" is that it is hard for us to come out of that mood even 2 days after finishing the novel. It might sometimes change our view points. I am happy to go through your review.

Carine 17/12/2013 12:58

:D

Joëlle 06/09/2013 20:20

Bonsoir Carine,

J'ai terminé ce livre et j'ai pensé à toi car il s'agit d'une lecture oppressante et éprouvante et malgré tout, impossible de lâcher ce roman avant d'en connaitre la fin... Mais j'ai quand même préféré "Derrière la haine"..

Carine 07/09/2013 15:42

Merci beaucoup Joëlle pour ton retour de lecture ! L'instinct maternel et Derrière la haine sont deux bouquins totalement différents avec un rythme juste infernal pour le premier ... J'ai adoré les deux ... J'attends la suite de Derrière la haine avec impatience ! On reparle après lecture ... Au plaisir Joëlle et merci de ton passage sur Le noir émoi ...

sandrine 24/05/2013 17:03

Merci pour ce conseil de lecture Carine. Livre assez impressionnant par la précision de ses descriptions psychologiques. Histoire particulièrement éprouvante. Petit bémol, j'ai regretté que l'on tombe un peu dans l'excès par moment. Néanmoins, je lirais avec plaisir (ou effroi, plutôt) d'autres livres de cette auteure.

Carine 24/05/2013 22:24

Je suis ravie que tu aies apprécié cette lecture ! J'ai été malmenée et horrifiée mais qu'est-ce que j'ai aimé ... Quant à ton petit bémol on peut penser qu'elle s'est peut-être laissée un peu emporter par ce roman, qui était son premier. Un roman psychologique marquant et une auteure à découvrir ! Merci beaucoup de ton retour de lecture Sandrine ...

Nathalie 24/03/2013 09:56

J'aime beaucoup ton blog. Et bravo pour tes chroniques.
Je met un lien sur mon blog vers celle-ci :)
A bientôt sur "le polar se met au vert"

Carine 24/03/2013 12:12

Ah ok ... merci pour l'info ! ;-)

Nathalie 24/03/2013 11:41

Non, c'est Géraldine Hardy qui gère :)
Je ne suis comme toi, qu'une humble abonnée

Carine 24/03/2013 10:37

Merci beaucoup Nathalie. C'est toi qui gère le groupe alors ?! Je n'avais pas fait le lien ... Bonne journée et à bientôt !

Isa 02/11/2012 17:10

Je n'ai lu que son dernier pour le moment "Derrière la haine" mais j'ai tellement été scotchée que je vais bien évidemment lire tous les autres !

Carine 02/11/2012 17:17

J'en ai lu deux pour ma part ... mais c'est avec certitude que je lirai tous ses romans !

Titia 27/10/2012 15:53

C'est drôle comme les avis peuvent diverger d'un lecteur l'autre. Fan de polars et thrillers, je n'ai pourtant pas beaucoup aimé ce roman ... J'ai eu beaucoup de mal à le lire.

carine 27/10/2012 19:14

Eh heureusement Titia que nous avons des goûts différents ... sinon tu imagines les pauvres auteurs ?! ^_^ Je suis certaine que nous devons nous accorder sur d'autres lectures !

dewilde 11/10/2012 13:01

Bonjour Carine,
Je m'étais dit: si je lis Barbara Abel, ce sera "Derrière la haine". Après avoir lu ta chronique, je suis très tenté par "L'instinct maternel" aussi. Il y a de ces choix impossibles à faire, n'est-ce pas ? Bravo Carine. La bise. Jean.

Carine 11/10/2012 15:01

Coucou Jean !

Les deux sont très bien ... Alors comment feras-tu pour départager ces deux titres afin de connaître ton ordre de lecture ?! Tu reviendras me le dire Jean ! :-) Bises !

sarah stoler 11/10/2012 10:41

Merci beaucoup pour cette chronique, très bien décrite,dans un style clair et compréhensible. bravo Carine

Carine 11/10/2012 10:44

Merci beaucoup Sarah, je suis ravie de te lire sur mon blog !

sandrine 11/10/2012 09:50

comme à l'accoutumée je suis toujours bluffée par de si belles chroniques... merci carine.. De plus cet auteur m'avait été conseillé par marine qui m'avait persuadé de lire derrière la haine et depuis j'avoues que les livres de cet auteur m'attire...

Carine 11/10/2012 09:54

Merci Sandrine ! J'ai également lu "Derrière la haine", et c'est ce qui m'a d'ailleurs donné l'envie d'approfondir avec Barbara Abel ! Et franchement waouhhh ... je ne m'arrêterai d'ailleurs pas en si bon chemin !

Vincent 11/10/2012 09:24

Ta chronique donne vraiment envie d'aborder ce roman sans tarder. Mais où donc vais-je trouver le temps de lire tous ces livres qui me font de l'oeil. Comme Sandrine me disait récemment, il nous faudrait 9 vies, comme les chats, pour venir à bout de toutes nos envies de lecture.

Carine 11/10/2012 09:28

L'éternel problème de passionnés tels que nous Vincent ! Allez on va y arriver :-)

betty 11/10/2012 09:08

Quelle belle chronique!Je le note sur ma liste.

Carine 11/10/2012 09:13

Merci Betty ... reviens me dire ce que tu en as pensé !

Petit 11/10/2012 09:07

Comme toujours, tes chroniques sont très agréable à lire et suscitent l'envie réelle de lire. Bravo à toi Carine

Carine 11/10/2012 09:13

Merci beaucoup Marie-Claire !